Visite guidée‎ > ‎

Notre histoire

L'Histoire proprement dite de CAVES est très récente.
Notre commune a été créée en 1935 par démembrement de la commune de Treilles dont elle n'était qu'un hameau.

Selon la version quasi unanime rapportée par les " Anciens ", qu'ils soient de Caves ou des villages alentours, ce hameau est né de la nécessité pour les viticulteurs de Treilles de posséder dans la plaine un endroit sûr, leur permettant d'entreposer l'ensemble de leur matériel nécessaire à la viticulture sans avoir à faire d’incessants et inutiles allers-retours entre le village et les vignes. Ils construisirent donc des caves.


D'ailleurs, et c'est toujours le cas aujourd'hui pour un très grand nombre de personnes, ce hameau était appelé " LES CAVES DE TREILLES ". Un bien joli nom.


 place devant le foyer 1938



 




Construction de l'esplanade du foyer en 1938


Petit à petit et toujours dans le même but, les propriétaires de ces caves y ont aménagé, à l'étage, leurs appartements. C'est ainsi que la population a grandi au fil du temps pour devenir un village, puis enfin une commune qui a fêté en 2010 ses 75 ans à peine.

Cependant la vie à Caves est beaucoup plus ancienne. On y trouve une vieille forge, une église du 19ème siècle (1) mais aussi et surtout une borne milliaire attestant du passage sur cette commune de la Via Domitia . Cette borne est conservée au musée de Narbonne mais une reproduction a été installée près de la Mairie.

Aujourd'hui, la commune est en plein essor. Non pas par l'accroissement du nombre de viticulteurs - qui eux, malheureusement, disparaissent doucement - mais par l'arrivée de nouveaux résidents originaires de diverses régions de France à la recherche d'une vie calme et agréable.
Tout au plus peut-on regretter aujourd'hui que ce nom, "Les Caves de Treilles", si joli pour un village vigneron, se soit transformé seulement en " CAVES ". Mais soyons rassurés, cela n'influe en rien sur le charme de ce petit village.


Sainte Germaine
« L’EGLISE DE CAVES »

L'église de CAVES fut construite en 1872 et dédiée à Sainte Germaine de Pibrac. Pibrac se trouve dans le département de la HAUTE-GARONNE. La future sainte était une pauvre bergère qui vécut au XVIe siècle et fut canonisée en 1867 pour avoir opéré plusieurs miracles. Elle est fêtée le 15 juin.

Cette église est la concrétisation d'un vœu: en janvier 1871, le soldat Emile FONTANEL, âgé de 21 ans, fut grièvement blessé à la bataille de CHENEBIER-BELFORT et laissé pour mort dans la neige et le froid glacial; de longues heures s'écoulèrent avant qu'il ne fût secouru et c'est à ce moment-là qu'il fit le vœu de construire, s'il survivait, une chapelle, dans son hameau, chapelle qu'il dédierait à Sainte Germaine de Pibrac.


Il survécut…


Son hameau, c'était LES CAVES DE TREILLES , qu'on appelait aussi "TREILLETTES". Il s'était constitué autour de la bergerie de Pierre SUZANNE, "L'ANGELOU", quand des habitants de TREILLES avaient construit leurs caves et leurs maisons dans la plaine, près de leurs vignes.

Le père d'Emile, Pierre FONTANEL, était le neveu de Pierre SUZANNE. Né à MAISONS, dans les HAUTES CORBIERES, où sa mère Elizabeth SUZANNE (sœur de Pierre) avait épousé Charles FONTANEL, il était descendu s'installer chez son oncle, riche et sans enfant. C'est donc lui, marié et père de deux enfants (Anne- Elizabeth, dite Zoé, et Emile ) qui fut l'héritier d'une coquette fortune…


Grâce à cet important héritage, Pierre FONTANEL put, dès 1872, aider son fils Emile à réaliser son vœu en faisant construire une église et non pas une simple chapelle, dédiée, bien sûr, à Sainte Germaine. La construction se déroula selon les plans d'un architecte carcassonnais, M.DESMARETS, et un clocher abrita une première cloche, offerte par une habitante de LAPALME, et dont les parrains furent Pierre FONTANEL et Marguerite SUZANNE.


L'évêché de CARCASSONNE n'avait fait aucune difficulté pour la construction d'une église, mais ce n'est que le 1er juin 1875 que l'autorisation d'y exercer le culte fut accordée.


Les habitants des CAVES DE TREILLES avaient enfin leur église ! ! ! Le 15 juin devint jour de fête patronale dès 1876.

Le 22 avril 1879, donation fut faite à la commune de l'église, avec tout ce qu'elle contenait.


En 1877, Emile FONTANEL y avait épousé Angèle GOUELL, fille d'un grand médecin perpignanais et ç'avait été le 1er mariage célébré dans l'église. On y célébra aussi, à peine 9 ans plus tard - hélas! - ses obsèques: déjà père de 4 enfants, dont un encore à naître, il mourut d'une septicémie à cause d'une nouvelle infection de ses blessures. Il avait accompli son destin !!!

Génération après génération, la famille FONTANEL a toujours pris part de manière très étroite à la vie paroissiale, et le 15 juin 1958, elle fit apposer dans la chapelle Sainte Germaine une plaque commémorative pour rappeler l'origine de l'église. Deux des fils d'Emile, Pierre et Léon, sa fille Germaine, ses petits-enfants et arrière-petits-enfants étaient là aussi et c'est l'un d'eux, architecte, qui fit les plans en vue de la réfection du clocher, en 1964.


Source : Françoise DEVIC, née FONTANEL, arrière- petite- fille d'Emile FONTANEL